Ateliers enfants

 

L’objectif de ces ateliers est de proposer une palette d’outils et matières, un espace de jeu et d’expérience suscitant la curiosité et le plaisir d’imaginer, faisant appel à la présence — à soi, à l’espace et à l’autre — à l’écoute, en accueillant ce qui vient.

Les espaces de jeu sont conçus comme des invitations, des prétextes, des partenaires suscitant l’exploration. L’idée est d’aller à la découverte de son regard et son geste afin de mettre à jour des histoires, les récolter, les tisser, les partager, les emporter.

Techniques proposées en atelier

LES COURTS MÉTRAGES — le Théâtre d’objet

Histoires de… porter les objets, les détourner, les transformer, … histoire de penser le monde et le rêver sur scène.

Les spectacles souvent sur table, ressemblent à des minuscules bricolages, à raconter des histoires avec des objets trouvés. Les objets sont identifiables, reconnus de tous parce que manufacturés ou quotidiens. Ils sont le plus souvent, récupérés, trouvés, usés, ou fabriqués en série. On peut jouer avec, les traiter avec soin ou désinvolture, car ils ne sont pas précieux. L’objet tient dans la main, a cette fonction d’ouvrir l’imaginaire tout en concentrant le regard et l’écoute, une respiration entre le monde et l’intime.

HISTOIRE COURTE D’UNE FEUILLE A4 — le Théâtre de papier

Partir d’une feuille blanche toute simple, posée sur le sol, y plonger son regard, écouter et laisser monter les images à sa surface et…

voir la suite

plier, froisser, déchirer, coller, bricoler. La parole en main dessine, construit, trace et compose en rythme une intrigue encore méconnue qui se construit au fur et à mesure devant soi, tandis que la main accueille et récolte des histoires inédites.

OMBRES ET OBJETS PORTÉS – le Théâtre d’ombres

Entrer et de se tenir dans l’ombre est une façon de faire connaissance avec son théâtre.

Après les avoir observées et attrapées, nous inviterons les ombres à bouger, se multiplier, se tordre, s’étirer, à nous jouer des tours. À partir d’un conte nous taillerons des figures de papier et laisserons monter les ombres-personnages à la surface d’un écran, histoire de penser le monde et de le rêver sur scène.