Ateliers adultes

Thèmes et techniques proposés en atelier :

Le Jeu et l’objet / le théâtre d’objet

La Main et le toucher / le théâtre du mouvement

Histoires de papier / le théâtre de papier

Ombres et objets portés/ le théâtre d’ombres

 


Le Jeu et l’objet

Vous est-il arrivé jamais qu’un objet vous prenne par la main, vous attrape le regard ou la songerie et vous entraîne dans la compagnie des choses ?

Les objets nous parlent. Il suffit de prêter l’oreille et de les aborder d’un air amusé et curieux. Ils détournent le regard, nous entraînant vers d’autres usages, d’autres images, d’autres signes. C’est qu’au-delà de l’objet lui-même, il est question d’une relation, de la relation que chacun tisse, tant bien que mal, en utilisant des stratégies et astuces qui sont les siennes.

L’idée est d’aller à la découverte de son regard et de son geste. Un objet choisi tel quel ou construit peut devenir une matière porteuse ou chargée d’un drame. Il passe ainsi d’un usage quotidien à une dimension poétique et entraîne le corps dans son sillage. L’objet devient un partenaire.

Les objets usés et désuets ont perdu leur éclat, mais par leur humour. Ils sont invités à jouer leur partition sur la scène du théâtre. Ils deviennent alors personnages, nous suggèrent de curieuses images, des idées incorrectes voire mal polies, un monde ouvert à ce que l’on a mis de côté, notre enchantement, notre étrangeté, notre fantaisie.

Utiliser l’objet et en jouer est une façon de prendre le détour pour le dire, s’aventurer et se construire.

L’atelier en pratique :

– Explorer l’univers poétique de l’objet (ses dimensions polysémique et métaphorique)

– Aller à la rencontre de l’objet tel un partenaire de jeu

– Se laisser surprendre par l’objet comme machine à associer, rêver, bricoler

– Faire apparaitre des images, en fonction de la prise, du rythme, du geste qui anime.

– Oser prendre le détour avec les objets et s’aventurer ailleurs

– Faire connaissance avec l’humeur et l’humour des objets

Technique
Théâtre d’objet


La Main et le toucher

Les gens dont le métier est d’accompagner et prendre soin ont des liens plus ou moins étroits et un rapport de proximité plus ou moins grand avec les personnes dont ils s’occupent. Ils sont ainsi particulièrement exposés surtout s’ils interviennent dans des contextes délicats et sensibles tels que la petite enfance. La main qui accompagne et prend soin n’est pas neutre au sens où elle dit quelque chose de la personne, transmet une intention, et crée du lien. D’où l’importance de s’arrêter un moment sur la notion de toucher, de contact et d’en identifier les enjeux.

L’idée est de revenir à soi pour mieux appréhender la relation à l’autre. S’arrêter sur la manière d’appréhender le toucher et le contact ouvre un champ de possibilités d’être en relation avec l’autre. Préserver une sensibilité dans son rapport à l’autre permet que l’investissement dans l’acte de d’accompagner, de prendre soin ne soit pas un don sans retour. (notion d’échange, de passeur, de transfert).

L’atelier en pratique :

– Prendre conscience de la manière dont on touche et est touché

– Constater nos habitudes et nos clichés corporels, réaliser ce qui m’est propre et étranger

– Connaître d’autres possibilités de contact, en ouvrir les modalités.

– Développer son équilibre postural pour un toucher de qualité et varié

– Glisser d’un corps technique à un corps sensible, d’un geste mécanique à un geste adressé

– Relier la main, le regard et la parole

Technique

Théâtre du mouvement et objets de relation (feuille, tissu, papier, bambous, fils, balles…)


Histoires de Papier

Jeux de mains et langue de papier, jeux de mots sur papiers découpés…

L’idée est de partir d’une feuille blanche toute simple, posée sur le sol, y plonger son regard, écouter et laisser monter les images à sa surface et… plier, froisser, déchirer, coller, bricoler. La parole en main dessine, construit, trace et compose en rythme une intrigue encore méconnue qui se construit au fur et à mesure devant soi, tandis que la main accueille et récolte des histoires inédites.

L’atelier en pratique :

– Explorer le papier comme matière : le corps explore, traverse, malaxe le papier…

– Construire des espaces en papier, qui se font et se défont, ouvrant sur l’imaginaire.

– Considérer le papier comme partenaire qui me met en mouvement

– Donner forme au papier pour lui donner vie, l’animer.

– Suivre l’aventure d’une forme, d’un point, un cercle, un carré…

Techniques
Théâtre de la matière, théâtre de papier


Ombres et objets portés

Entrer et de se tenir dans l’ombre est une façon de faire connaissance avec son théâtre.

L’idée est la suivante : après avoir observées et attrapées, nous inviterons les ombres à bouger, se multiplier, se tordre, s’étirer, à nous jouer des tours. À partir d’un conte nous taillerons des figures de papier et laisserons monter les ombres-personnages à la surface d’un écran, histoire de penser le monde et de le rêver sur scène.

L’atelier en pratique

Nous ferons connaissance avec l’ombre et son théâtre par étapes :

De l’ombre portée (collée au corps), liée à l’objet (décollée de l’objet), à l’ombre projetée sur l’écran.

 1 – Les ombres corporelles

l’ombre projetée devient un objet autonome, un personnage indépendant et non plus un double de l’original. L’ombre en se détachant du corps se modifie et l’image se transforme.

– les ombres portées : observer son ombre sur le sol ou sur les murs (support quotidien)

– les ombres projetées : observer son ombre sur l’écran (support extra quotidien

Jouer avec l’écran et les changements d’échelle

2 – L’ombre comme phénomène

les phénomènes d’inversion, de distorsion et d’anamorphose, et changement d’échelle changent la relation entre les corps et les objets et ouvrent de nouvelles possibilités narratives et poétiques.

Analyser les ombres :

– l’ombre fixe – les tableaux d’ombres : poser des objets devant/derrière un écran et observer les ombres (ombres, objet noirs et contre-jour, ombres blanches et colorées)

– L’ombre mobile – la lumière actrice : en étant capable de déplacer l’espace tout entier, la lumière devient actrice. Elle participe à la transformation du temps et de l’espace.

3 – Les écrans métaphores

Exploration des types écrans pour une scénographie de l’ombre : concevoir et fabriquer un dispositif d’ombres

Le type d’écran joue un rôle à part entière dans la construction de l’ombre et implique le corps de l’acteur.

l’écran peut être un livre, une feuille, un vêtement, etc.

Technique
Théâtre d’ombres